Junta de la Vallée de Roncal

Entité traditionnelle et organe d’administration de la Vallée de Roncal.

La Junta de la Vallée de Roncal est composée de 21 membres (trois de chaque village). Après les élections municipales, et lorsque les mairies sont constituées, ces dernières choisissent les trois membres de la corporation qui doivent représenter la mairie dans la Junta de la Vallée. Le maire de chaque village –ou une personne en son nom- et deux membres de chaque village assistent donc aux réunions de la Junta.

Le maire du village qui accueille la Junta exerce les fonctions de président. Généralement elle a lieu à Roncal car c’est dans ce village que la Junta a son siège. Comme nous venons de le dire, la plupart des réunions des Juntas se tiennent à Roncal, sauf en juillet et en septembre, où elles ont lieu à Isaba et à Urzainqui respectivement. C’est pour cette raison que la personne qui occupe la fonction de maire de Roncal est aussi le président de la Junta de la Vallée de Roncal.

RONCAL, Vallée de.

Étymologie. Toute traduction du mot Roncal ne sera qu’une simple hypothèse. Des sept noms de villages, il s’agit peut être du plus complexe à analyser d’un point de vue linguistique. Parmi tout ce qui a été écrit sur la signification de Roncal, l’explication la plus complète est fournie par Mikel Belasko dans son livre « Diccionario etimológico de los nombres de los pueblos, villas y ciudades de Navarra » (Dictionnaire étymologique des noms des villages et villes de Navarre) (1996), qui dit :

« D’un point de vue phonétique, le nom rappelle d’autres noms de la zone dont la forme initiale –al possède l’équivalent basque –ari. Ces deux formes ont la même origine, l’ancienne forme –ali. Dans la langue basque de Roncal, son nom était Erronkari, mais dans la vallée de Salazar et surement dans d’autres il était Errongari.

Ce que nous pouvons dire à propos du premier élément du toponyme n’est pas très sur, bien qu’il y ait plusieurs hypothèses intéressantes. J. Corominas écrit : « … des hypothèses comme le fréquent Runcal, de Pitasch, Prez, Schulein, Obersaxen, etc. (dérivé de runc(a) ‘jachère’, de runcare) qui rappelle le nom de la vallée appelée Roncal en castillan et Erronkari en basque ». Julio Caro Baroja rejoint également cette idée avec le mot runcones (Miro Suevorum rex bellum contra runcones movet). Plusieurs chercheurs pensent que ce mot correspond à l’ancien nom de la vallée. Risco soutenait donc qu’il s’agissait de Vascons et, pour cela, il s’appuyait sur le témoignage de l’archevêque Don Rodrigo qui mentionne les noms Ruchonia et Aragonia comme des « terres jamais maures ». Par contre, Padre Moret ne voulait pas mettre en relation Ruconia et Roncal. Le Dictionnaire de l’Académie de l’Histoire de 1802 le fait et propose une étymologie de ce mot qui défend que roccones équivaut à « montagnes grandes ». « Roca » est un mot celte introduit tardivement en latin.

Julio Caro Baroja rappelle plus tard que les natifs de Roncal appellent leur village Erronkari ou Ronkari, et R. Azkue indique que « erronka » veut dire « file » ou « rangée » en basque. Il reprend également l’interprétation de B. Estornés Lasa selon laquelle « erronk » veut dire « ronces » dans la langue basque de Roncal, et Erronkari est « défilé » ou « précipice ». Julio Caro Baroja affirme que la signification de défilé serait liée à celle de « rangée », et « ronces » à celle de « terrain inculte ». À cet égard, il rappelle que, en Italie du Nord, ronco veut dire « terrain inculte », et que le toponyme Roncate, près de Como, en est un exemple. En basque, les habitants de Roncal sont appelés kallesak.

En plus de l’explication détaillée de Mikel Belasko, il faut dire que la traduction la mieux acceptée par les locaux, avec le soutien de l’uskara de Roncal, est celle de « défilé » ou « précipice ».

Une autre traduction anecdotique de Roncal est « vallée des moulins ».

Arroncal, Villa (1085, 1126), Arroncalensis abbas (997), Arronchal (1144), Roncal (1162, 1170, 1171, 1196, 1197), Roncali (1085, 1098, 1178), Ronchal (1125, 1170,1171), Ronchali (1098, 1102, 1124).