L’ours, animal mythique et emblématique, est le « maître de la forêt » par excellence au sein de la faune sauvage pyrénéenne. Sa présence dans les montagnes de la vallée de Roncal est, sans aucun doute, un bon baromètre de la santé de l’environnement.

Après avoir partagé son habitat avec l’homme durant plusieurs siècles, nous pouvons maintenant affirmer que l’ours des Pyrénées arrive au point final de son existence dans la cordillère pyrénéenne lors des premières années du XXIe siècle. Depuis 1996, nous assistons à un processus d’introduction d’ours slovènes, avec une génétique plus ou moins proche de celle de l’ours autochtone récemment exterminé dans les Pyrénées. Neré, né dans ces montagnes, mais de parents slovènes, est l’animal que l’on peut voir actuellement sur les montagnes de la vallée de Roncal.

L’ours est un animal omnivore, il mange de tout, de ce fait son alimentation dépend surtout des époques et des saisons de l’année. Cependant, sa présence n’est pas toujours appréciée par les bergers et les éleveurs, car l’ours, surtout au printemps et à l’automne, tue parfois quelques brebis afin de pouvoir fabriquer des stocks de graisse qui lui permettront de subsister pendant l’hibernation.
Logiquement, les bergers défendent leurs troupeaux, mais d’un autre côté, l’ours ne comprend pas que des animaux en liberté dans la montagne puissent avoir un propriétaire.

Actuellement, la Vallée de Roncal jouit d’une politique d’indemnisations et de compensations unique en Europe, ce qui permet aux éleveurs de mieux supporter la présence de ce bijou de la nature qu’est l’ours.

L’ours étant un animal totalement inoffensif et craintif, il pourrait très bien s’apparenter à un fantôme : on aperçoit parfois ses empreintes, on observe les traces de ses griffes sur les troncs d’arbres, il tue parfois des bêtes d’élevage, on peut voir ses traces sur le sol de la forêt quand il s’allonge….mais on ne voit jamais l’ours. Il veut passer inaperçu et évite toute rencontre avec l’homme. Ses habitudes nocturnes l’aidant à y arriver

Cependant il est bien là, dans la forêt. Et cela signifie que les forêts des montagnes de la vallée de Roncal sont un habitat de grande qualité naturelle, un habitat complet dans tous ses aspects.